ACCUEIL | ACTUALITÉ | ASSOCIATION | FORUMS | LIENS

Forum de l’APNEL

Les forums pour échanger sur le naturisme en liberté

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 10-09-2021 17:41:49

jupiter
Membre

Condamnation et soins psychiatriques pour randonneur

Condamnation à de la prison + suivi psychiatrique pour un randonneur de l'Oise.


https://www.oisehebdo.fr/2021/09/10/pie … iNMM77Hiz8


l aime se promener nu dans les bois. Problème, Didier Legros, 59 ans, a croisé la route d’une mère de famille et de ses deux enfants.

Hors ligne

#2 10-09-2021 22:45:29

jfreeman
Administrateur

Re : Condamnation et soins psychiatriques pour randonneur

«Je fais de la «randonue» depuis des années», explique Didier Legros, 59 ans, gérant d’une entreprise dans l’événementiel, et poursuivi ce vendredi 10 septembre pour exhibition sexuelle. «Saviez-vous que c’est interdit par la loi ?» le reprend Chloé Grandon, la présidente du tribunal. «C’est une activité sportive qui renforce mes défenses immunitaires. Je la pratique le soir, en forêt, et toujours à l’abri des regards. Je n’irai jamais marcher nu dans les milieux urbains. Je suis très prudent.» « Et la bouteille dans les fesses ?» l’interroge la magistrate. « Ça m’évite de l’avoir à la main. Mais je reconnais que c’est une manière originale de la porter.»


Le 5 août dernier, vers 22 h 45, on signale aux gendarmes la «présence d’un exhibitionniste» sur la piste cyclable entre Pierrefonds et Saint-Jean-aux-Bois, à la jonction de celle-ci avec la D502. Un homme aurait «montré ses parties génitales» aux trois victimes, une mère de famille et ses deux enfants mineurs, qui se promenaient à cet endroit innocemment. Et les deux adolescents, un frère et sa sœur, de préciser aux militaires : l’homme des bois avait «une bouteille d’eau entre les fesses».


Lorsque les gendarmes arrivent sur place, Didier Legros sort du bois, se rhabillant à la va-vite. Legros est interpellé alors qu’il se dirige vers son Citroën Jumpy de couleur jaune. En plus de la bouteille en plastique flottant sur sa lune, les militaires constatent que l’homme est porteur «d’un tour de taille en tissu, avec des chaînes qui pendent à ses parties génitales». Une fois rhabillé – et contestant aussitôt les faits d’exhibitionnisme -, Didier Legros est placé en garde à vue.


«Je me cache le plus vite possible dès que je croise des gens»


Casquette et tee-shirt noirs, jean bleu – et chaussures de randonnées à ses pieds -, Didier Legros comparaît libre ce vendredi 10 septembre. Déjà condamné à deux reprises pour exhibition sexuelle (la première fois à une amende et la seconde à une peine d’emprisonnement avec sursis), Legros, célibataire et sans enfant – et domicilié à Compiègne proche du centre-ville – campe sur ses positions. «Si je peux me permettre, je dirais que le terme d’exhibition est un peu trop large. Quand je me promène, je suis nu, c’est vrai ; mais je me cache le plus vite possible dès que je croise des gens.» Et Didier Legros – bénéficiant des aides de l’État depuis le début de la pandémie – de revenir une dernière fois sur sa passion de la «randonue» : «C’est une activité sportive qui ne me coûte rien.»


«Le fait d’imposer sa vue et sa nudité au public fait partie de l’infraction d’exhibitionnisme», avance de son côté la procureure Marie-Céline Lawrysz. Et de poursuivre : «La « randonue » n’est pas une activité sportive reconnue comme telle – et elle est pénalement répréhensible. Monsieur Legros ne le comprend pas et je suis inquiète pour lui. Son mécanisme psychologique nous indique qu’il existe aujourd’hui un risque de réitération sérieux.» Elle requiert à son encontre 6 mois de prison avec sursis probatoire renforcé d’une durée de deux ans – avec obligation de suivre des soins psychologiques.


«Je conteste la nature des faits qui sont reprochés à mon client, déclare maître Emilie Hennique, l’avocate de Didier Legros. Certes, il s’adonne à une passion qui n’est pas dans les mœurs de tout le monde. Mais ce soir-là, il était plus de 22 heures et il n’y avait personne sur cette piste cyclable. Si monsieur Legros avait vraiment voulu être « vu », il serait allé se promener du côté des Beaux-Monts et aurait parcouru tout nu le Parcours du cœur.»


Plaidant la relaxe, elle affirme : «Dans ce dossier, vous n’avez que des fesses qui sont apparues, et non le sexe de mon client. » Et d’interroger le tribunal : « Est-ce que les fesses sont une partie sexuelle ? C’est la question que je vous pose aujourd’hui.»


Reconnu coupable des faits qui lui étaient reprochés, Didier Legros est condamné à 6 mois de prison avec sursis probatoire d’une durée de 2 ans. Il aura pour seule obligation de suivre des soins psychologiques.



Merci Jupiter pour cette information smile


Avec 45 années de randonue au compteur, j'en ai croisé des gens et même parfois les forces de l'ordre, mais sans jamais me retrouver dans une telle situation. Avant de se faire une opinion, il faudrait en savoir plus sur la personnalité de Didier. En tous les cas, ce n'est pas très intelligent de le condamner à de la prison. A la limite, si les troubles psychologiques sont démontrés et s'il est dangereusement associable, un suivi thérapeutique serait plus adapté.


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#3 12-09-2021 15:13:40

Savoa
Membre

Re : Condamnation et soins psychiatriques pour randonneur

Cette histoire de bouteille et de chaines m'interpelle quand même.
La randonnue avec cet accoutrement m'interroge sur la personnalité du monsieur.


Jean-Jacques de Savoie (73)


adh3.jpg
Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle ! P. Coehlo

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.11