ACCUEIL | ACTUALITE | ASSOCIATION | FORUMS | LIENS

Forum de l'APNEL

Les forums pour échanger sur le naturisme en liberté

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 13-10-2018 07:27:50

jfreeman
Administrateur

Surpopulation et environnement, le débat interdit

20180904_les_echos_surpopulation.jpg


Surpopulation et environnement, le débat interdit


La population mondiale, forte de 7,5 milliards d’individus en 2017, pourrait bien dépasser le chiffre de 11 milliards en 2100. Les taux de fécondité ayant cessé de baisser dans certains pays, les projections sont maintenant révisées à la hausse. L’opinion semble indifférente à cette information et aveugle au fait que la surpopulation est la cause majeure de la dégradation de notre environnement.


Le 1er novembre 1755, un tremblement de terre de forte magnitude, suivi d'un tsunami et d'un incendie, ravageait la ville de Lisbonne, provoquant la mort de quelque 60 000 personnes. Cet événement a été à l'origine d'une dispute philosophique passionnante opposant Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. Pour le premier, cette catastrophe illustrait le caractère ô combien misérable de la condition humaine, exposée aux coups du sort et aux décrets insondables de la Providence. Le second imputait l'étendue du désastre à l'expansion des villes, à la concentration des populations, bref aux excès de la civilisation, désormais trop éloignée de l'état de nature.


Si nos contemporains sont prêts à contester l'analyse de l'auteur de Zadig, ils sont loin de partager la radicalité de la critique du Promeneur solitaire. Tout au plus, font-ils le constat que la fréquence des catastrophes naturelles augmente, que leurs coûts explosent (306 milliards de dollars en 2017, année record) et qu'elles font bien plus de victimes qu'il ne fallut en déplorer à Lisbonne. Ils se satisfont d'une explication univoque : l'activité humaine génère des gaz à effet de serre, lesquels entraînent un réchauffement de l'atmosphère à l'origine des dérèglements climatiques. Il suffirait de modifier nos comportements, de privilégier un nouveau mix énergétique pour que tout s'arrange.


Cette chaîne causale est contestable à plus d'un titre.

o Toutes les catastrophes naturelles ne sont pas imputables au climat. Songeons au tsunami asiatique de 2004 qui fit 250 000 morts, ou au tremblement de terre de 2010 en Haïti, aussi dévastateur.

o Si les cataclysmes provoquent plus de dégâts, c'est aussi parce qu'ils touchent des centres de population plus denses qu'autrefois et qu'ils détruisent des infrastructures et des équipements plus onéreux.

o La pression exercée par l'homme sur son environnement est le produit de deux termes : le nombre des individus concernés et l'action destructrice/prédatrice de chacun d'eux. Si le second terme est corrélé aux nuisances de l'appareil industriel, le premier est traité comme exogène, hors de contrôle. En outre, cette pression "anthropique" occasionne d'autant plus de dommages qu'elle s'exerce sur des zones fragiles : le littoral, les forêts, les zones sismiques, etc. La localisation des populations n'est pas non plus maîtrisée. En quelque sorte, les catastrophes naturelles ne vont pas à l'homme, c'est lui qui, en rangs serrés, se porte à leur rencontre.

o L'extinction de nombreuses espèces animales est bien moins liée au réchauffement climatique qu'à l'action de l'homme sur les écosystèmes (l'urbanisation, la surpêche, la chasse, la pollution chimique, etc.). L'espèce humaine, en proliférant, a pris le dessus sur tout le règne animal.


La question démographique est le "point aveugle" de l'écologie politique (note : Sur l'ensemble de ces questions, on lira avec profit le livre de Jean-Loup Bertaux, "Démographie, climat, migrations, l'état d'urgence", 2107, Fauves Éditions). Pendant que le cerveau droit de la communauté internationale débat d'un seuil de température à ne pas dépasser, son cerveau gauche contemple impassible des projections de population qui s'inscrivent dans la partie haute de la fourchette. La COP21, dont nos gouvernements ont tiré gloire, a complètement ignoré cette problématique. Entre 1990 et 2014, les émissions de CO2 dans le monde ont crû de 58 %, mais seulement de 15 % par tête d'habitant. L'augmentation de la population y a donc contribué environ pour les trois-quarts. La schizophrénie est à son comble.


Les raisons de cette attitude sont multiples, profondément enracinées dans notre inconscient collectif.

o L'injonction biblique du "croissez, et multipliez, et remplissez la terre", valable à l'Âge du Fer, quand la planète était à conquérir et que les régimes de retraite restaient à inventer, reste prégnante.

o Une population nombreuse a toujours été synonyme de puissance pour les monarques de l'Ancien monde, une force de travail pour l'agriculture, un réservoir de main-d'oeuvre pour l'industrie et le moyen d'étoffer les rangs de l'armée.

o La guerre des utérus fait encore rage : pourquoi un pays adopterait-il une politique antinataliste, si ses voisins, pas toujours bienveillants, ont une pratique inverse ? Il est de bon ton de s'enorgueillir de la bonne performance de la France, tout en s'apitoyant sur le sort de l'Italie et de l'Allemagne, menacées de déclin ; sans voir que, collectivement, les peuples européens ont déjà perdu la partie.


La démographie est, par excellence, le domaine des externalités. Longtemps elles ont été positives, du fait que la coopération d'un plus grand nombre d'hommes, rassemblés dans les villes et les usines, décuplait les forces productives. Mais il en est de négatives : la venue au monde d'un enfant affecte l'existence future d'autres individus. Dans notre État social, ses concitoyens se voient assigner, quoiqu'il advienne, un devoir de solidarité à son égard. Devenu adulte, il contribuera à l'augmentation de la pression anthropique, pas seulement dans son voisinage, mais partout sur la planète. Aujourd'hui, on a sans doute atteint le point d'inflexion à partir duquel les externalités négatives l'emportent.


Pour lutter contre elles, deux issues sont possibles : l'interdiction assortie de pénalités ou l'incitation.
La Chine n'a pas hésité à emprunter la première voie. La politique de l'enfant unique n'est pas étrangère à son essor économique. L'Inde s'y est aussi essayée dans les années 70, mais avec un succès moindre : 1,350 milliard d'habitants aujourd'hui, soit un triplement en 50 ans ! Ailleurs dans le monde, on se contente d'attendre que l'élévation du niveau de vie dissuade les couples de multiplier les naissances. Ce mécanisme est effectivement à l'oeuvre, puisque les taux de fécondité ont diminué de façon spectaculaire, en Occident depuis des décennies et, depuis peu, en Asie et au Moyen-Orient. Mais grande est l'inertie des phénomènes démographiques. L'Afrique reste à la traîne, et elle contribuera à près de 60 % de l'augmentation attendue de la population mondiale à l'horizon 2050 (+1,3 milliard). Les politiques de planning familial y restent notoirement insuffisantes.


Le droit à la procréation est-il un droit de l'homme imprescriptible ? La Déclaration Universelle éponyme n'en dit mot, se limitant à l'énoncé vague d'un droit au mariage et à la fondation d'une famille (Art. 16). Faut-il laisser les États décider souverainement de leur politique familiale ? Aujourd'hui, ces deux questions politiquement incorrectes méritent d'être posées.


Dans la vaste négociation qui se noue autour du climat, un plus juste partage du fardeau serait souhaitable. Les pays développés, qui ont trop pollué la planète dans le passé, sont prêts à réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre. En contrepartie, les pays en développement, dans leur intérêt bien compris, devraient contenir avec la plus grande énergie la progression de leur population. Un calcul de coin de table montre que si chaque pays parvenait dès aujourd'hui à stabiliser ses émissions de CO2 par tête d'habitant, leur volume global progresserait encore de 16 % d'ici 2050, sous l'effet du croît de la population mondiale. Inversement, pour maintenir ce volume à son niveau actuel, il faudrait que les pays en développement maintiennent inchangées leurs émissions par tête, tandis que les pays développés consentiraient à une baisse de 40 % des leurs. C'est dire que la gageure est de taille, et qu'une meilleure maîtrise des variables démographiques serait la bienvenue !


Cette politique du donnant-donnant n'a même pas été esquissée. Il eût fallu conditionner les facilités accordées aux pays en développement, notamment africains, (Art. 7 de l'Accord de Paris), à l'adoption de politiques familiales rigoureuses, peu coûteuses au demeurant au regard des 100 milliards de dollars mis sur la table. Un tel système d'incitation suffira-t-il ? Des mesures plus coercitives seront-elles nécessaires pour éviter l'explosion de la "bombe démographique" et ses retombées en termes de guerres et de mouvements migratoires incontrôlables ?


À défaut de relever ce défi, les générations futures ne pourront que constater amèrement que la surpopulation aura été "la mère de toutes les catastrophes".


Sources :
https://www.lesechos.fr/idees-debats/ce … 167572.php
https://www.lemonde.fr/idees/article/20 … _3232.html
https://www.lepoint.fr/societe/faire-mo … tor=CS1-31-[Echobox
http://www.lefigaro.fr/actualite-france … vivace.php


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#2 13-10-2018 21:14:38

dekan
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

AMHA l'article est biaisé !
Il est nécessaire de développer les raisons précises qui font que l'augmentation de la population est  "la mère de toutes les catastrophes" !
Je pense jusqu'à preuve du contraire par exemple que 100 ou 1000 nouveaux africains vivants très proche de la nature (je ne parle pas de ceux qui travaillent au ordres des Occidentaux) ne détériorent pas autant la planète qu'un seul homme nanti de l'hémisphère Nord avec son mode de vie hyper polluant !


La randonnue, c'est le retour au Paradis !


adh3.jpg

Hors ligne

#3 14-10-2018 09:22:40

Luc33
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Yes Dekan, avis plutôt partagé !


Luc de Mayotte  


adh3.jpg

Hors ligne

#4 18-10-2018 05:37:06

BAREFOOTER
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Avis plutôt partagé pour moi aussi car je ne suis pas convaincu par cet article plutôt "orienté"


Fabrice du 94 (Val de Marne) 


adh3.jpg

Hors ligne

#5 07-11-2018 16:07:54

jfreeman
Administrateur

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Opinion | L'explosion démographique, un fléau pour la planète
Jean-Pierre ROY le 06/11/2018


Avec toujours plus d'humains sur la planète, il est illusoire de vouloir lutter contre le réchauffement climatique et la pollution de l'environnement.


Il est souvent intéressant de voir avec quel zèle ou quelle arrogance les pseudos spécialistes du réchauffement climatique abordent ce sujet déjà en préparation depuis plus de 50 ans. Les gouvernements qui se sont succédé, tout comme les grandes puissances de ce monde, n’ont absolument rien fait pour endiguer l'explosion démographique pourtant prévisible depuis des décennies.


Vouloir nous faire croire aujourd’hui, qu’en nous serrant chaque jour un peu plus la ceinture, nous allons résoudre une partie du problème est une fumisterie. D'ici 2050, nous serons 10 milliards d'humains sur la planète contre 7,5 milliards aujourd'hui.  Le niveau de l’eau grimpe rognant un peu plus chaque jour, fonte des glaces oblige, les terres habitables ou cultivables. Les déserts quant à eux gagnent du terrain poussant les populations dans l’impossibilité d’y survivre donc d’y rester.


Or que nous disent les gouvernements ? Il faut consommer moins ou consommer mieux et nous restreindre sur nos habitudes. Pour se faire on met en place de nouvelles taxes, de nouveaux impôts en trompe l’oeil, pendant que de façon inexorable la demande mondiale continue de croître, que nos capacités à produire deviennent peu à peu insuffisantes et que nous devons maintenant commencer à choisir entre les terres cultivables et les terres constructibles pour faire face à la demande.


Maîtriser l'évolution démographique
Comment espèrent-ils nous faire croire qu’avec une telle évolution et les restrictions mises en place nous ne serons pas dans une impasse avant la fin du siècle ? Car enfin, plus il y a d’êtres humains sur la planète plus la consommation s’accélère, plus les ressources alimentaires diminuent, d’autant comme déjà dit, qu’il y a de moins en moins de terres cultivables et que la pollution continue d’augmenter au rythme de cette démographie. N’oublions pas que chaque être humain consomme, respire, émet des déchets et rejette du CO2.


On nous dit que l’on a le droit de procréer sans contrainte. Certes. Mais combien de ceux qui ont des familles nombreuses sont également en capacité de les nourrir, de les loger et de les éduquer sans l’aide des états concernés ? Est-il normal et humain de laisser des populations, des familles, continuer à faire des enfants alors que ceux-ci sont trop souvent dans des situations tragiques ou anorexiques.


Comment accepter que des parents, alors que leurs enfants meurent de faim, que les derniers sont pour certains morts nés, continuent malgré tout, de pouvoir procréer, alors qu’ils n’ont aucun moyen de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants, laissant ainsi gîte, couverts et éducation à la charge exclusive de la collectivité,  déjà très fortement pressurée par ailleurs. Ou cette montée en puissance, cette dérive à la fois dangereuse et inacceptable sur le plan humain, va-t-elle s’arrêter ?


Avec la démographie actuelle et quels que soient les sacrifices que nous pourrons faire nous ne parviendrons pas à inverser la tendance. N’est-il pas temps de prendre des mesures pour endiguer ou contraindre cette inexorable démographie qui finira par nous anéantir.


L'illusion des véhicules électriques
Un autre aspect de cette question est le rejet des gaz à effet de serre.
Que proposent les gouvernements pour y remédier ? Les véhicules électriques et la limitation des polluants industriels. Mais curieusement quand on y réfléchit, on se heurte à plusieurs choses. Qu’allons-nous faire des métaux lourds extrêmement polluant et non recyclable que contiennent les batteries de ces véhicules, une fois ces dernières bonnes pour la casse ? Les enterrer comme nos déchets industriels et  continuer ainsi à polluer nos sols et les nappes phréatiques ?


D’autant que ces quantités non négligeables qui augmenteront avec le temps, finiront par devenir des centaines de millions de produits, qui représenteront de fait, un danger pour la planète. Mais ceux qui sont aux commandes n’étant plus aux affaires à ce moment-là, ne se considèrent déjà plus aujourd’hui comme responsables, laissant comme d’habitude à d’autres le risque d’assumer le poids de leurs erreurs et de leur responsabilité ; mot qu’ils sont a priori bien incapables de comprendre le sens et ce, depuis des décennies, bien qu’on les entende le prononcer à tort et à travers.


Les voitures électriques vont faire le bonheur des industriels certes, mais quand à celui de la planète sur le long terme c’est beaucoup moins sûr. D’autant qu’en parallèle navires marchands, poids lourds, avions et autres, qui sont pour beaucoup détaxés, polluent plus à eux seuls pour l’ensemble de la planète, que plusieurs centaines de millions de véhicules. A-t-on des solutions pour eux aussi ? Où va-t-on continuer à nous culpabiliser seuls, en tant que consommateurs, pendant que  les industriels vont pouvoir continuer de nous polluer sans réelle contrainte.


Comment oblige-t-on les industriels à moins polluer, quand certains, contraint de prendre des mesures, font un chantage à l’emploi en menaçant de délocaliser ? Ou bien encore lorsque des polluants ou des pesticides avérés toxiques mettent plus de 10 ans, voire davantage, avant d’être partiellement interdits (quand ils le sont). La plupart des pays ne pouvant en fonction de leurs intérêts économiques, être sur la même ligne, sont les premiers ennemis des intérêts de leur propre peuple.


Un délit
La vie humaine ne pèse rien en regard de la soif du pouvoir ou de l’argent. Elle n’est comme les emplois dans les entreprises, qu’une variable d’ajustement que l’on utilise en fonction des besoins ou des rentrées fiscales et qui représente quoi qu’il arrive et quels que soient les gouvernements en place, une rentrée financière inépuisable, puisque nous sommes taxables à merci. Les Français quant à eux, éternels dindons d’une farce qui n’a que trop durée, n’ont pratiquement jamais droit à un retour sur investissement.


En affaire cela pourrait être considéré comme un délit.
Mais en politique, peu importe les décisions prises, puisque quoi qu’il advienne, ils sont, bien que très souvent coupables, rarement jugés responsables. Alors pourquoi les choses évolueraient-elles ?


Source : https://www.lesechos.fr/idees-debats/ce … QyFLMmlDeI


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#6 07-11-2018 18:56:06

_Hub_
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Bonsoir,
concernant les batteries de V.E. après une première vie d'environ 10 ans elles sont utilisées en stationnaire entre 5 & 10 années supplémentaire sur notre réseau. Elles servent, entre autres, à compenser les pics de consommation.
Depuis 2006 le recyclage de celles ci est obligatoire. Le lithium est réutilisé de nouveau. smile
https://www.automobile-propre.com/dossi … ectriques/


18091409035418141115892275.jpg

Hors ligne

#7 19-11-2018 23:15:22

jfreeman
Administrateur

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Autre info sur BFM : Dans une tribune publiée dans Le Monde, un collectif de scientifiques tire la sonnette d'alarme sur les conséquences d'une croissance démographique trop rapide. Selon les prévisions, près de 10 milliards d'habitants peupleront la Terre en 2050.


https://www.bfmtv.com/planete/des-scien … 03OcuB6CD8




https://youtu.be/1c5PBuro4J8


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#8 30-12-2018 12:10:32

Nudiworld
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

dekan a écrit :

AMHA l'article est biaisé !
Il est nécessaire de développer les raisons précises qui font que l'augmentation de la population est  "la mère de toutes les catastrophes" !
Je pense jusqu'à preuve du contraire par exemple que 100 ou 1000 nouveaux africains vivants très proche de la nature (je ne parle pas de ceux qui travaillent au ordres des Occidentaux) ne détériorent pas autant la planète qu'un seul homme nanti de l'hémisphère Nord avec son mode de vie hyper polluant !

Je pense que les Africains qui se contentent de très peu...ne le font pas par choix, mais par asservissement vis à vis du monde riche qui ne veut pas les rémunérer au juste salaire... ou qui ne veut même pas leurs donner du travail...pour ceux qui vivent "près" de la nature (en fait, surtout dans des bidonvilles.)
La Chine, avec sa politique de l'enfant unique, en a sûrement fait plus que tout autre. C'était donc possible...
Des compléments:

  http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actua … re-malthus

  http://sciences.blogs.liberation.fr/201 … a-bombe-p/

  http://www.un.org/fr/sections/issues-de … index.html

Dernière modification par Nudiworld (05-01-2019 15:43:01)

Hors ligne

#9 03-01-2019 06:11:49

BAREFOOTER
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Pour la Chine, il risque peut-être quand même d'avoir des soucis dans les années futures au niveau des retraites (si il y en a) sauf
si chacun peut cotiser pour lui même. Dans les pays industrialisés et avec l'espérance de vie croissante, c'est quand même à prendre en compte
sauf à revoir complètement le système.


Fabrice du 94 (Val de Marne) 


adh3.jpg

Hors ligne

#10 03-01-2019 11:36:34

Nudiworld
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Les retraites ! Oui, bien sûr. Mais que seront-elles sur une planète ravagée ???
suite
Réduire son empreinte carbone. Comment ?
https://usbeketrica.com/article/rechauf … naissances

Dernière modification par Nudiworld (06-01-2019 00:01:01)

Hors ligne

#11 06-01-2019 14:08:39

Luc33
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

AMHA l'article est biaisé !
Il est nécessaire de développer les raisons précises qui font que l'augmentation de la population est  "la mère de toutes les catastrophes" !
Je pense jusqu'à preuve du contraire par exemple que 100 ou 1000 nouveaux africains vivants très proche de la nature (je ne parle pas de ceux qui travaillent au ordres des Occidentaux) ne détériorent pas autant la planète qu'un seul homme nanti de l'hémisphère Nord avec son mode de vie hyper polluant !


Luc de Mayotte  


adh3.jpg

Hors ligne

#12 06-01-2019 14:53:22

Nudiworld
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Des africains vivant proche de la nature, ça n'existe plus.

Hors ligne

#13 06-01-2019 14:54:06

Luc33
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Je voulais rebondir sur les propos de DEKAN mais j'ai mal tapé sur le clavier puis mon commentaire s'est effacé bref fais ch...; excusez moi mais je développerai une autre fois !


Luc de Mayotte  


adh3.jpg

Hors ligne

#14 06-01-2019 15:38:48

dekan
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

@Luc,

Il est conseillé pour ce genre d'activité sur Internet de taper son texte directement dans un fichier texte puis à la fin de faire un copier coller dans le navigateur ... ou de taper dans le navigateur en faisant très fréquement des CTRL-A, CTRL-C puis CTRL-A, CTRL-V dans un fichier texte existant ou nouvellement créé. C'est cette dernière solution que j'utilise le plus ...
Sinon cet embêtement arrive très souvent !!
++


La randonnue, c'est le retour au Paradis !


adh3.jpg

Hors ligne

#15 06-01-2019 22:35:55

bip
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Merci jfreeman d'avoir soulevé ce problème. _J'ai découvert cette situation dans les années 60 (gosse).
_Suite à la lecture d'un article de Maltus, j'ai calculé la surface de terrain disponible par humain. J'ai baptisé cette surface "la Peau de Chagrin".
_Depuis, je prêche dans le désert. _Car personne ne veut entendre parler de ce problème (à commencer par les autorités).

_Je n'ai encore entendu que Al Gore en parler dans son "une Vérité qui Dérange". (Ne cherchez pas ailleurs pourquoi il n'a pas été élu !)

_Dekan demande qu'on développe le sujet ! _d'accord, et avec plaisir !


La surface de terrain disponible par humain est de 1,82 hectare, (y compris calottes glaciaires, montagnes et déserts)
Alors qu'il faut 1 hectare d'herbage pour nourrir un âne ! ! ! (voir l'âne sur Wikipedia).

Le calcul : (règle de trois ! Niveau 6e primaire donc)

  Le nombre d'humains était de 7 milliards au 31 octobre 2011           (7 x 10^9) !

  Cela sur une sphère de 40.000 km de tour.           (4 x 10^4)

  Son diamètre est : D = circ. / 3,14      ------>   D = 4 x 10^4 / 3,14.

  Sa surface est : 3,14 x D^2.                ------->  Surface = (4 x 10^4 / 3,14)^2 x 3,14

  Surface = 16 x 10^8 x 3,14 / 3,14^2   ------>   Surface = 16 x 10^8 / 3,14

  Mais seulement 25 % de cette surface est du terrain émergé.   La surface de terrain sec est :

  Surface sèche = 0,25 x 16 x 10^8 / 3,14  ------->    Surface sèche = 4 x 10^8 / 3,14

  Ce terrain est occupé par 7 x 10^9 humains.                         (7.000.000.000)

Donc la surface de terrain disponible pour un humain est :

La Peau de Chagrin = (4 x 10^8) / (3,14 x 7 x 10^9)      = 4 / (3,14 x 7 x 10^1)       = 4 / (3,14 x 70)

La Peau de Chagrin = 0, 0182 km2    ou    1,82 hectare ! !

Nous n'avons donc plus longtemps à attendre pour savoir si nous sommes des ânes.

Ne cherchons plus la cause de nos problèmes d'environnement et de pénurie de ressources !

Pour moi, la pénurie la plus flagrante, c'est celle des bonnets d'âne ! (Mais les politiciens y sont pour beaucoup)

Je vous souhaite beaucoup de chance.

S.V.P. n'oubliez pas comment vous réserver un minimum de confort.

Comment faire de l'eau potable, de l'électricité, du feu sans fumée, de la nourriture facile. Comment vous protéger, etc...

La communauté scientifique (plusieurs milliers) tire la sonnete d'alarme !

https://www.bfmtv.com/planete/des-scien … 03OcuB6CD8

  Je suis absolument désolé de vous avoir fait vieillir de 10 ans.


Encore une ?
------------

Pendant la guerre du Pacifique 40/45, l'armée américaine a introduit 16 rennes sur l'ile St Mathiews (détroit de Béring Alaska USA).
Ces rennes devaient servir de nourriture à d'éventuels marines naufragés.

Après la guerre, ces rennes se sont développés (en l'absence de prédateur) jusqu' a plusieurs milliers.
Ils ont mangé jusqu'au dernier brin d'herbe de l'ile, puis ont pratiquement disparu. Il n'est resté que 30 femelles.

Meilleurs voeux (sans malice) pour l'année 2019.


Salutations de BIP


Give Me Five BIPs

Hors ligne

#16 08-01-2019 13:51:06

dekan
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Pas de panique ...
Le problème risque de se résoudre de lui-même d'une façon innatendue ...
J'ai lu un article (Science & vie n°1203, 12/2017, pp 38-42) disant que le sperme dans certains pays s'est appauvri de quasi 50% passant de 99 à 47 en 40 ans !
Encore un peu (prévision 2034, seuil de fertilité =15) et la reproduction normale (pas in vitro) humaine deviendra impossible ...


La randonnue, c'est le retour au Paradis !


adh3.jpg

Hors ligne

#17 08-01-2019 16:09:55

bip
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Je pense aussi que ça va s'arranger automatiquement. _Et précisément de manière inattendue pour beaucoup. __Chez d'autres carnassiers dont le chat, si le nombre de proies est insuffisant, un grand nombre de petits périssent. __Dans notre espèce, au 19e siècle, il était banal de "perdre des enfants en nourrice". _Et tout aussi "banal" de ne pas savoir combien ! __De fait, l'espérance de vie est de plus en plus basse plus on remonte dans le temps. _Ce n'est qu'a partir de l'invention de la machine à vapeur avec l'utilisation du charbon, puis du pétrole que l'espérance de vie a augmenté de manière spectaculaire.
_Avec la pénurie de pétrole, on peut s'attendre à ….? __Un rétablissement de l'espérance de vie ancestrale. __Bien sûr. __Accessoirement, je signale que mon ménage se compose de moi et 2 chats. __On est stérilisés tous les 3. _Pour moi, ce n'est pas encore obligatoire.

  Pas de panique donc … Même plus "les Femmes et les Enfants d'abord" . _Mais bien l'antique "sauf qui peut".


Give Me Five BIPs

Hors ligne

#18 26-01-2019 10:59:40

Luc33
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Comme je le disais précédemment, je prends un petit moment pour rebondir sur les propos de DEKAN and Nudiworld.
Les 2 se rejoignent finalement dans l’idée que la surpopulation n’est viable à aucune espèce qui soit se retrouve limitée par l’épuisement de la réserve naturelle soit s’impose coûte que coûte c’est à dire en créant un environnement artificiel. Le résultat est le même l’épuisement de la Nature.


Je vis à Mayotte depuis 1 mois. 374 km² soit même pas 1/10ème d’un département métropolitain moyen.
C’est une île paradisiaque forgée au fil des millénaire sur d’anciens volcans.  C’est un des plus grands et plus riches lagons du monde bientôt classé (une chance, à espérer). Faune et flore se sont implantés sous influence des îles voisines ou du peuplement humain, créant parfois des espèces endémiques. Pendant des siècles ce capital est resté inviolé par quelques milliers d’autochtones vivant au bord du lagon. Il y a 60 ans, Mayotte comptait 50 000 habitants ; aujourd’hui on pense qu’on approche les 300 000 voire plus.



Je ne vais pas vous perdre en conjonctures sur ce résultat, causes et conséquences.



Ce qu’il en est c’est que cette île ne peut protéger son capital naturel qui en fait sa seule attractivité, en maintenant ce niveau de peuplement qui s’accroît d’année en année. Impossible.



On peut imaginer toutes les hypothèses d’accroissement des zones de culture les plus naturelles possible, des zones de pêche raisonnée, des zones urbaines écologiques. On appauvrira immanquablement l’équilibre naturelle, fragile en raison de sa morphologie volcanique, une terre riche mais rare, très facilement érosive sous un climat austral.



Donc, situation d’une impossibilité de concilier accroissement de l’espèce avec son milieu naturel où il a fait si bon vivre depuis la nuit des temps.



Mayotte ne se sauvera que par l’émigration massive de ses habitants vers des contrées plus riches naturellement. En prenant en compte, le développement du tourisme raisonné, nécessaire pour améliorer le niveau de vie, l’île devrait se stabiliser vers 120 / 130 000 résidents. Sinon...


Luc de Mayotte  


adh3.jpg

Hors ligne

#19 26-01-2019 16:02:27

_Hub_
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Bonjour @Luc33 .

Je n'ai jamais voyagé hors de France de ma vie & maintenant à la retraite j'aimerai vivre l'hiver sous des températures plus accueillantes. Est-il possible de séjourner, ces mois ci, facilement à Mayotte ?
Merci. (tu me donne envie) smile


18091409035418141115892275.jpg

Hors ligne

#20 27-01-2019 09:28:31

Luc33
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Hub,

je te réponds dans la rubrique Naturisme hors Europe - Emigrer en France d'outre-mer durant le long hiver métropolitain -


Luc de Mayotte  


adh3.jpg

Hors ligne

#21 18-02-2019 16:02:10

jfreeman
Administrateur

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Après le grand article du monde paru cette semaine, un compte Facebook, consacré à cette thématique, a été ouvert :
https://www.lemonde.fr/planete/article/ … _3244.html
https://www.facebook.com/search/top/?q= … SEARCH_BOX


Autre source : https://www.demographie-responsable.org/


https://youtu.be/ky0QTKRDDk0


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#22 24-02-2019 18:41:11

jfreeman
Administrateur

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#23 24-02-2019 19:32:13

Jef87
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Excellent !


"Être libre, c'est vivre nu et sans honte" - F.W. Nietzshe.
"La nudité, c'est la vérité, c'est la beauté, c'est l'art" - Isadora Duncan


adh3.jpg

Hors ligne

#24 07-03-2019 16:07:37

jfreeman
Administrateur

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

Video simple et pédagogique :


https://www.youtube.com/watch?v=Z3TEoKDYxu0


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#25 12-03-2019 21:36:32

Nudiworld
Membre

Re : Surpopulation et environnement, le débat interdit

De l'eau au moulin:

"Après celui de l’homme nouveau, un autre thème fort de Dumont, qu’il développe dès son premier ouvrage en 1931, est difficilement audible de nos jours — au moins avec l’intensité que lui donne Dumont : la crainte du surpeuplement. Il faut selon lui cesser de favoriser les politiques natalistes, par exemple en France celles d’un « Michel Debré nataliste et nucléaire » — il est nécessaire de déconsidérer la famille nombreuse, avant de « la pénaliser », puis de « l’interdire ». Car la natalité dans les pays riches, c’est l’assurance d’un gaspillage, en nourriture comme en énergie. Dumont, avec sa faconde verbale et écrite, n’hésite pas à forcer le trait [14], parlant d’« un lapinisme irresponsable », contre lequel il convient de s’armer :

    Il serait possible […] de n’autoriser qu’une natalité compensant exactement la mortalité, donc d’atteindre vite la croissance zéro, si on employait des méthodes autoritaires — que le danger mondial permettrait de justifier.

Ces méthodes autoritaires ont d’ailleurs fait leurs preuves en Chine et au Nord-Vietnam, où l’« on voit la natalité baisser assez rapidement ». Alors que dans les pays développés, « de 1931 à 1971, quarante années ont été perdues » ; en France notamment, catholiques et communistes auraient rejeté l’idée néomalthusienne du contrôle des naissances. Pourquoi la crainte du surpeuplement s’est-elle bien estompée dans l’écologie politique actuelle ? D’abord parce que l’on assiste effectivement de nos jours à un ralentissement de l’accroissement de la population mondiale ; ensuite parce que le discours de l’écologie politique, passant de l’utopie aux réalités électorales, s’est beaucoup recentré sur l’Occident — alors que Dumont était avant tout un tiers-mondiste."

https://laviedesidees.fr/Rene-Dumont-le … d-une.html

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.10