ACCUEIL | ACTUALITÉ | ASSOCIATION | FORUMS | LIENS

Forum de l’APNEL

Les forums pour échanger sur le naturisme en liberté

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 15-03-2021 09:38:25

jfreeman
Administrateur

La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

20210312_cesar_2.jpg


20210312_cesar_3.jpg


https://youtu.be/kquD2uP_FFg


La 46e cérémonie des César retransmise en clair vendredi 12 mars 2021 sur Canal+ a rassemblé 1,6 million de téléspectateurs (9,1 % de part d'audience), l'un de ses plus mauvais scores, selon des chiffres de Médiamétrie. La grande préoccupation de la soirée a évidemment été la crise sanitaire, et la scène a servi à plusieurs reprises de tribune pour crier le désespoir du monde de la culture. « No culture, no futur » sur le ventre, « Rends-nous l'art, Jean » sur le dos : la comédienne Corinne Masiero, alias capitaine Marleau sur le petit écran, a marqué les esprits en ôtant un costume de Peau d'Âne sanguinolent, se retrouvant entièrement nue sur la scène pour remettre le prix du meilleur costume.


« Ridicule », « à pleurer »… Samedi, un rapide tour sur les réseaux sociaux et dans les médias permettait de comprendre l'étendue des dégâts. L'historien Jean Garrigues a notamment estimé que la soirée avait atteint le « comble du ridicule » lors de l'intervention de Corinne Masiero. « Comme si Castex avait volé la culture ! ! ! Mais comment peut-on être aussi stupide… ou malhonnête ? » a-t-il tempêté sur Twitter.


Sur RTL, Gérard Jugnot a quant à lui déploré le manque de « légèreté » de la cérémonie. « C'est vrai qu'on souffre, mais on n'est pas les seuls. Il ne faudrait pas faire croire aux gens qu'il n'y a que les artistes qui souffrent », a déclaré l'acteur, selon qui « ce n'est quand même pas que de la faute du gouvernement s'il y a un virus » dans le pays.


Plutôt que des mots, Michel Grossiord a choisi des photographies pour critiquer le grand raout du cinéma français. Toujours sur Twitter, le journaliste a publié un cliché de l'élégante Romy Schneider recevant un césar, qu'il a accolé à une photographie de Corinne Masiero dénudée et ensanglantée.


« Consternant »


Une autre séquence de la cérémonie a été très largement commentée. César 2021 du meilleur espoir masculin pour Tout simplement noir, l'acteur et réalisateur Jean-Pascal Zadi a évoqué sur scène l'affaire Adama Traoré, mort en 2016 après son arrestation par des gendarmes, mais aussi le cas du producteur de rap Michel Zecler, victime de violences policières en novembre. « Jean-Pascal Zadi a réalisé l'un des films les plus drôles que j'aie jamais vus (…) et le discours de réception le plus consternant que j'aie jamais entendu. N'y manquait pas même l'hommage à Adama Traoré. Séparons l'homme de l'artiste ! » a notamment fulminé Éric Naulleau.


« On attendait la cérémonie des César après cette éprouvante année pour le cinéma… La vulgarité, et le manque de tenue au milieu de ces disparus prestigieux, était confondante. Comment être aussi médiocre quand il faut s'élever vers ce qui devrait faire la grandeur du 7e art ? » s'est désolé Jérôme Clément, ancien directeur du CNC et fondateur de la chaîne Arte. Et le journaliste au Figaro Ivan Rioufol d'abonder : la « vulgarité » des César « signe le naufrage du show-biz inclusif, genré, décolonial, etc. : oui, “Adieu les cons” ».
Une référence au sacre de la comédie d'Albert Dupontel, qui a d'ailleurs brillé par son absence vendredi soir à l'Olympia. L'écrivain Henry-Jean Servat enfonce le clou : « Sans classe. Sans chic. Sans élégance. Sans humour. Sans tendresse. Sans passion. Sans retenue. Sans envie. Sans panache. Sans partage. Sans courage. Sans conscience. Sans fierté. Sans décence. Sans honneur. Sans rien. Sans nous. Sans moi. »


Source : https://amp.lepoint.fr/2417614#origin=h … FQArABIA==


Les réactions sont nombreuses et devraient intéresser anthropologues, psy et historiens wink


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#2 16-03-2021 21:47:07

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Corinne Masiero nue aux César : Le député LR du Vaucluse Julien Aubert et plusieurs parlementaires, annoncent avoir signalé la scène au procureur de la République - Voici la lettre adressée à la justice :


Lors de la 46e cérémonie des César, l'actrice Corinne Masiero a marqué les esprits en ôtant un costume de Peau d'âne sanguinolent, se retrouvant entièrement nue sur la scène pour dénoncer l'état du secteur culturel avant de remettre le prix du meilleur costume. Un happening qui a fait parler, mais aussi bondir certains élus de droite : dix membres du groupe politique Oser la France, le député LR du Vaucluse Julien Aubert en tête, annoncent avoir signalé la scène au procureur de la République.


Cette dizaine de parlementaires, membres du collectif Oser la France, un mouvement qui se veut un laboratoire d’idées de la droite, interpellent dans un communiqué le procureur de la République de Paris à propos de “la scène d’exhibition de Mme Corinne Masiero”.


Les dix élus considèrent que l'actrice a imposé sa nudité "au public physiquement présent dans la salle de spectacle et, d'autre part, aux téléspectateurs de l'émission" et ajoutent que "au-delà des considérations artistiques ou politiques, les parlementaires rappellent qu'il existe certaines dispositions du Code pénal, notamment s'agissant de l'exhibition sexuelle imposée à la vue de tous."


Interrogée par Le Parisien dimanche l’actrice avait expliqué s’attendre ”à plus de réactions” de ceux qu’elle qualifie de “méchants”. Elle indique également avoir reçu “un tsunami de soutiens de plein de gens du spectacle, du cinéma et même de spectateurs, y compris depuis l’étranger”.


De son côté, le CSA n’a pas communiqué, pour le moment, sur d’éventuels signalements qu’il aurait reçus. Ses règles concernent d’une manière générale la pornographie et la violence mais pas forcément la nudité sur laquelle le Conseil peut intervenir au cas par cas.


Source : https://www.jeanmarcmorandini.com/artic … xLlMrA1h3Q


Corinne Masiero nue aux César :
Le député LR du Vaucluse Julien Aubert et plusieurs parlementaires,
annoncent avoir signalé la scène au procureur de la République…


      20210316_julien_aubert.jpg
     

                                      Lamentable ces comportements puritains opportunistes
                              qui finalement font fi de l'arrêt n°35 du 26 février 2020 (19-81.827)
                                               - Cour de cassation - Chambre criminelle :


"Si le comportement d’une militante féministe qui dénude sa poitrine, sur laquelle est inscrite un message politique, dans un musée en plantant un pieu dans une statue de cire représentant le dirigeant d’un pays, constitue l’infraction d’exhibition sexuelle, la relaxe de la prévenue n’encourt pas la censure dès lors que ce comportement s’inscrit dans une démarche de protestation politique et que son incrimination, compte tenu de la nature et du contexte de l’agissement en cause, constituerait une ingérence disproportionnée dans l’exercice de la liberté d’expression".


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#3 16-03-2021 22:23:52

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

20210316_julien_aubert_trib_1.jpg
20210316_julien_aubert_trib_2.jpg


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#4 17-03-2021 14:56:57

JB_dinosaure
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Nous avons 2 fils de discussion qui traitent en ce moment du même sujet : celui-ci, et le suivant qui concerne la révision de l'art. 222-32. Ne faudrait-il pas les fusionner ? Ou poursuivre la présente discussion dans l'autre fil, plus général ?


Pour faciliter la tâche des visiteurs, je reprends ce que je viens d'écrire dans l'autre fil :


Personnellement, Jacques, je me réjouis de cet appel au Procureur de la République. J'avais même réfléchi à savoir s'il ne faudrait pas que l'APNEL porte plainte elle-même, pour empêcher que la Justice ne ferme tout simplement les yeux sur ce cas très politique, tout en continuant à poursuivre des naturistes ou d'autres protestataires moins médiatisés. Mais j'ai réalisé que notre plainte serait sans doute jugée irrecevable car contraire à l'objet de l'association, qui ne serait donc pas une partie juridiquement "intéressée". Tant mieux si quelqu'un d'autre le fait, même s'il s'agit d'une bande de réacs puritains.


La Justice est donc mise au pied du mur, et devra faire face au dilemme que j'ai expliqué plus haut, sans pouvoir fermer les yeux et se défiler en arguant que personne ne l'a saisie.


Le procureur va sans doute s'abriter derrière la jurisprudence que tu cites, pour ne rien engager. Nous allons vers le 2e terme de mon dilemme, hélas moins avantageux que le 1er.


En effet, la non-poursuite de la nudité étant justifiée uniquement parce qu'il s'agit d'une protestation politique, l''argument que j'espérais pouvoir en tirer resterait faible quand il s'agira de défendre un naturiste, malheureusement.


L'arrêt que tu cites est doublement détestable :
1 - il affirme que laisser voir ses seins est une exhibition sexuelle,
2 - il dit que la nudité est une forme d'expression acceptable dans un contexte de protestation politique. Il n'ajoute pas : exclusivement, mais on comprend la pensée qui est derrière.


L'APNEL a encore de beaux jours devant elle avant de perdre son objet associatif.

Dernière modification par JB_dinosaure (17-03-2021 15:02:23)

Hors ligne

#5 18-03-2021 22:19:21

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

JB_dinosaure a écrit :

...   Ou poursuivre la présente discussion dans l'autre fil, plus général ?

C'est mieux ainsi me semble-t-il smile


20210318_corinne_masiero.jpg


Nantes : des occupants de Graslin nus en soutien à Corinne Masiero aux César


Source : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la- … V_lqD5oaiE


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#6 18-03-2021 22:30:18

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

https://youtu.be/nQdCoIQFfCA



France Inter


Ce qui aurait pu n'être qu'un acte audacieux et militant est devenu une source d'insultes... misogynes bien évidemment ! Alors, exhibition sexuelle ou performance engagée ?


Le Moment Meurice - (18 Mars 2021 - Elise Rojas)


Et pour compléter, cette belle synthèse de notre ami Jean-Luc Bouland :
https://naturisme-hebdo.fr/?p=6598&fbcl … fMJdVgYow0


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#7 20-03-2021 12:48:35

Luc33
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Je crois surtout que les médias qui ne savent plus quoi raconter, sortis de leur connarovirus, s'emparent d'un truc complètement mineur dans le cinéma, le nu.


Faut faire du buzz avec n'importe quoi et même l'allocution d'une poignée de parlementaires ronflotants.


Le cinéma est censé illustrer la liberté, l'impertinence, le bon ou le mauvais goût, la diversité, chacun y trouve ce qu'il y cherche dans le cinéma.
Le cinéma existe pour ça.

Les plus grands réalisateurs ont joué avec le nu et le sexe et ont été et sont adulés pour ça, par les adeptes du grand écran, la critique et...les médias. Ceux- là-même qui bouffent à la soupe des gouvernants qui dictent le politiquement correct au prix de la liberté, encore une fois.


Dommage que Mlle Masiéro instrumentalise le nu pour porter ce message fort et nécessaire. Moi, je la trouve touchante, une FEMEN de 50 ans et c'est bien.


Luc de Mayotte  


adh3.jpg

Hors ligne

#8 20-03-2021 13:10:27

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#9 22-03-2021 15:27:10

libidier
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Hé bien on n'est pas sorti de l'auberge avec toute cette bande de crétins puritains.


Amicalement.


Didier Libidier.

Hors ligne

#10 22-03-2021 17:16:58

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Corinne Masiero accusée d'exhibition sexuelle : le parquet classe sans suite un signalement de députés LR
Le procureur de la République justifie sa décision par la démarche de l'actrice lors de la cérémonie des César, notant que celle-ci visait à «attirer l'attention du public sur les difficultés actuelles rencontrées par les professionnels du spectacle».


20210322_lci_corinne_masiero.jpg


Leur signalement à la justice restera vain. Dans un courrier daté du 16 mars adressé au parquet de Paris, le député LR du Vaucluse Julien Aubert, soutenu par d'autres parlementaires, estimait que l'actrice Corinne Masiero avait commis le délit d'"exhibition sexuelle", passible d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende, en apparaissant le 12 mars sur la scène des César "totalement déshabillée, imposant sa nudité" au public dans la salle ainsi qu'aux téléspectateurs.


Dans sa réponse envoyée lundi, dont l'AFP a eu connaissance, le procureur de Paris Rémy Heitz a indiqué avoir procédé au classement sans suite du signalement.


Sources :
https://www.lefigaro.fr/flash-actu/cori … y_sxhweNYM
https://www.lci.fr/culture/corinne-masi … 81446.html
https://www.20minutes.fr/arts-stars/cul … SzlsZq_X0c


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#11 22-03-2021 20:33:22

Joam
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

"Oser la France, laboratoire d'idées..." de quel siècle ?


Jean Marc du 11 (Aude)
Administrateur de l'apnel


adh3.jpg

Hors ligne

#12 22-03-2021 21:17:27

jclaude91
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

jfreeman a écrit :

Corinne Masiero accusée d'exhibition sexuelle : le parquet classe sans suite un signalement de députés LR
Le procureur de la République justifie sa décision par la démarche de l'actrice lors de la cérémonie des César, notant que celle-ci visait à «attirer l'attention du public sur les difficultés actuelles rencontrées par les professionnels du spectacle».


http://www.apnel.fr/forum/img/2021/medi … asiero.jpg


Leur signalement à la justice restera vain. Dans un courrier daté du 16 mars adressé au parquet de Paris, le député LR du Vaucluse Julien Aubert, soutenu par d'autres parlementaires, estimait que l'actrice Corinne Masiero avait commis le délit d'"exhibition sexuelle", passible d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende, en apparaissant le 12 mars sur la scène des César "totalement déshabillée, imposant sa nudité" au public dans la salle ainsi qu'aux téléspectateurs.


Dans sa réponse envoyée lundi, dont l'AFP a eu connaissance, le procureur de Paris Rémy Heitz a indiqué avoir procédé au classement sans suite du signalement.


Sources :
https://www.lefigaro.fr/flash-actu/cori … y_sxhweNYM
https://www.lci.fr/culture/corinne-masi … 81446.html


https://www.20minutes.fr/arts-stars/cul … SzlsZq_X0c

Classement purement politique

Dernière modification par jclaude91 (22-03-2021 21:18:12)


Jean-Claude du 91 (Essonne)

Hors ligne

#13 23-03-2021 10:44:35

bill88
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Voila une bonne nouvelle qui autorise une nouvelle fois des manifestations naturistes revendicatrices?
On voit beaucoup d'utilisation de la nudité pour protester contre des situations précaires mais peu pour le droit à la nudité dans l'espace publique wink


Naturellement nu

Hors ligne

#14 24-03-2021 05:46:25

BAREFOOTER
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Tout à fait et en 2015 déjà, un comédien : Sébastien Thiery était apparu nu aux "Molière"
devant Fleur Pellerin, ministre de la culture.


Fabrice du 94 (Val de Marne) 


adh3.jpg

Hors ligne

#15 28-03-2021 18:45:41

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Blog Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/macko-dragan … -politique



20210322_mediapart.png


Plutôt à poil qu'en costard: de la nudité en politique
22 MARS 2021 PAR MAČKO DRÀGÀN BLOG : NI ÉGARDS NI PATIENCE. LE BLOG DE MAČKO DRÀGÀN


Depuis quelques jours, le sujet de la nudité en politique est revenu sur la table. Avec un constat évident : il semblerait que nos corps dérangent. Nos chairs prolétaires, imparfaites, usées, épuisées parfois, mais surtout, provocatrices, n’ont donc pas leur place dans l’espace démocratique. Ce qui doit nous questionner sur l’ordre moral conservateur qui revient en force parmi nos dirigeants.


Durant la dernière cérémonie des Césars (dont on est libre de penser ce qu'on veut, elles étaient manifestement ratées mais ce n’est pas le sujet), l'actrice Corinne Masiero, tout le monde l'aura noté et commenté, s'est présentée le corps ensanglanté, en costume de peau d'âne, puis nue, révélant les mots : « No culture, no future » sur le ventre et « rends-nous l'art, Jean » sur le dos.
Une façon de dénoncer à sa façon la crise traversée par le monde de la culture, à l'agonie en raison de l'incompétence du pouvoir, et la nécessité, toujours à défendre, de libérer le corps féminin de l'oppression machiste. Et c'était bien son droit. D'autant que c'est beau, une chair, un corps. Surtout quand il lutte. Ça bouscule, ça interroge. Ça questionne.


Que n'avait-elle fait ! Roselyne Bachelot, doctoresse ès bon goût (elle a été chroniqueuse chez Hanouna et aux Grosses Têtes, et elle vient de décorer Sardou, c'est dire), s'est lamentée : « c'est navrant de voir des artistes piétiner leur outil de travail », a-t-elle déclaré, bien qu'il semble qu'elle ne maîtrise pas trois des mots qu'elle emploie dans cette phrase : "artistes" "outil" et "travail" -bon, "piétiner" et "navrant", ça, elle connaît.
Eric Ciotti, qu'on ne présente plus, a regretté le monde d'antan où les femmes étaient à la cuisine et pas seins nus à clamer des revendications. Et dix élus LR du groupe "Oser la France", donc des élus qui osent tout, et c'est bien à ça qu'on les reconnaît, ont adressé une lettre au procureur de la République de Paris afin de menacer l’actrice : « au-delà des considérations artistiques et politiques, il existe certaines dispositions du Code pénal notamment s'agissant de l'exhibition sexuelle imposée à la vue de tous ».


Quant à Facebook, la multinationale si cool et branchée de la Silicon Valley, et qui a en fait la même vision du monde qu’un vieux curé pétainiste, elle s’est faite en cette circonstance l’alliée des conservateurs coincés de tout bord, en laissant son algorithme censeur faire disparaitre de la toile les photographie de soutien à Masiero apparues un peu partout dans le pays. J’en ai moi-même, pour avoir posé avec des amies et voulu publier cette photographie, fait les frais, et suis actuellement bloqué pour 24h.


« Je pensais faire des chroniques subversives, mais je ne choquerai jamais autant la France que le corps d’une femme de plus de cinquante ans » (Waly Dia, France inter). On en est là. Car en l’occurrence, qu’on ne s’y trompe pas : si ça avait été un homme (comme cela avait été fait lors des Molières en 2017) ou une jeune et magnifique actrice apte à exciter les corps caverneux des gardiens de l’ordre moral, la vague de stupeur effarée à laquelle nous avons assisté n’aurait pas eu lieu, et nous aurions pu nous concentrer sur plus intéressant : la crise du monde de la culture, la loi Sécurité Globale ou la réforme de l’assurance-chômage, par exemple.


D’autant que, cerise pourrie sur le gâteau périmé, tout ceci s’est accompagné d’un déluge de remarques racistes visant l’acteur Jean-Pascal Zadi, récompensé pour son film « tout simplement Noir ».


Nous sommes actuellement en pleine régression sociale. Plus nos acquis sont atomisés, plus les classes populaires sont soumises à la répression quotidienne des esprits et des corps, plus les dominants semblent vouloir aussi nous imposer le retour à une morale où chacun était à sa place, chacun sa caste, chacun sa classe, les femmes de cinquante ans à la cuisine, de vingt ans dénudées dans les publicités, et les gens à la peau trop colorée bien silencieux dans leurs quartiers loin-là-bas et leurs boulots invisibles.


Alors qu’ils n’ont plus de mots assez durs contre un « islamo-gauchisme » imaginaire, ceux qui nous dirigent assument « en même temps » de se faire les tenants autoritaires d’une vision du monde traditionaliste que plus grand-chose ne distingue du « travail-famille-patrie », où les corps prolétaires en lutte, des gilets jaunes aux banlieues, sont matraqués, éborgnés, brutalisés, censurés, et où toute parole contraire est vouée à la menace de poursuites judiciaires.


Il faut croire que la nudité de nos chairs, nos chairs qui s’opposent à leur monde, les dérange. Que tous ces gens-là, ces gentils bourgeois aux vies confortables bien loin de toutes oppressions, de toute contrainte, voir quelqu'un sortir des clous qu'ils s'efforcent d'enfoncer autour de nos vies, qui ressemblent de plus en plus à des cercueils, cela les incommode.


Parce que nous sommes « vulgaires » : vulgaires, donc, du peuple. Et le peuple, ils n’aiment pas ça. Il ne se passe plus un jour sans qu’un scandale sexuel –rappelons l’affaire Duhamel, et que notre ministre de l’intérieur est toujours accusé de viol- ou une remarque de type « pognon de dingue », suante de mépris, ne viennent révéler la crasse obscénité des apôtres de la bonne tenue et du bon goût qui trônent dans leurs bureaux aux moquettes impeccables -mais c'est nous les indécents.


Ils mentent, ils brutalisent, ils précarisent, le cul bordé de nouilles et la raie bien sur le côté. Et ils osent venir ensuite nous donner des leçons.

Dommage pour eux : nos luttes n'ont que faire de leur mépris. Nous sommes belles et beaux, et ils sont aussi laids que le monde qu'ils prétendent nous imposer.


Nous continuerons donc à faire comme bon nous semble et à combattre, à poil s'il le faut, les tenant encravatés d'une société malade où tout ce qui n'a pas l'heur de leur obéir au doigt et à l’œil ne mérite qu'un rappel sévère à la loi et à l'ordre.


« Indécents », nous ? Notre cul, c'est du poulet.
S'ils cherchent de l'indécence, qu'ils aillent s’acheter un miroir.


« La vulgarité ne dit jamais "fils de pute"
"Enculé d'ta race" ou "va niquer ta mère"
La vraie vulgarité ne tient pas ce vocabulaire
Elle se cache derrière de belles familles, de belles carrières
[...]Dégueulasse, elle a ce mépris de classe qui fait mal
Elle est vicieuse, elle est sournoise
La vraie vulgarité, elle est bourgeoise »
La Canaille, Monsieur Madame


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#16 30-03-2021 12:00:06

libidier
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

WHAOUUUUU très jolis !  !  !


Et tant de vérités dans ces lignes, nos politiciens nous méprisent, et nous asservissent sous prétexte de moralité alors que se sont les pires.


Amicalement.


Didier Libidier.

Hors ligne

#17 04-04-2021 13:38:21

jfreeman
Administrateur

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

Contre la pudibonderie des "complaintistes réactionnaires" wink


20210403_huffpost.jpg


Corinne Masiero est une femme. Elle a cinquante-sept ans. Elle vient d’un milieu populaire du nord de la France. Elle est actrice et nue sur la scène des César. Et elle parle de politique. Scandale. Une poignée de parlementaires conservateurs déposent aussitôt plainte contre elle pour exhibition sexuelle.


Qu’ont-ils prétendu exprimer par cet acte ?
Que cette femme portait une atteinte insupportable à leur pudeur sexuelle.


Qu’ont-ils vu en réalité? Une prolétaire ménopausée montrant sa peau, ses seins, ses fesses et ses poils pubiens devant un parterre de célébrités qui font la fierté de notre beau pays.


“Homme, es-tu capable d’être juste? C’est une femme qui t’en fait la question; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe?”. Deux siècles plus tard, les propos d’Olympe de Gouges résonnent ironiquement toujours aussi justes.

Répondre à la libre expression d’une opinion politique par la menace d’une condamnation pénale: voilà où certains représentants du peuple en sont aujourd’hui.


En 2021, lorsqu’une femme montre son corps nu sur une scène culturelle dans le cadre d’une revendication politique, il y a encore des hommes pour la traiter en délinquante.


Répondre à la libre expression d’une opinion politique par la menace d’une condamnation pénale: voilà où certains représentants du peuple en sont aujourd’hui. Leur plainte témoigne de la conception archaïque du corps féminin qui irrigue leur imaginaire. Le corps de la femme doit rester contrôlé et réservé à sa fonction historique: assouvir le désir de l’homme –désir sexuel et désir d’enfant– dans l’intimité du foyer familial.


“Une femme nue qui parle, c’est scandaleux”, résumait malicieusement le chroniqueur Waly Dia sur France Inter quelques jours après les faits.


Lorsqu’une femme utilise son propre corps, sa nudité, comme un moyen de rébellion, de puissance et de provocation, certains trouvent cela insupportable. Ils croient (devoir) agir en notre nom à tous en arguant d’un châtiment. Preux chevaliers de la bienséance, ils se tournent vers ce qu’ils pensent être son dernier bastion: le droit pénal.


Certes, l’exhibition sexuelle est un délit puni par la loi. Est-il encore nécessaire au XXIe siècle d’incriminer ce type de comportement ? La réponse à cette question est collective, fondée sur l’expression démocratique libre. Nous choisissons ensemble de préserver une forme de pudeur dans les lieux publics. La pudeur donc, mais pas les préjugés teintés de puritanisme.


Le nouveau Code pénal de 1994 fut d’ailleurs l’occasion de remplacer le délit désuet d’outrage à la pudeur par celui d’exhibition sexuelle. L’acte d’exhibition n’entre dorénavant dans le champ de la loi pénale que lorsqu’il touche au sexuel. Cette incrimination vise ainsi à protéger la pudeur sexuelle de tout un chacun dans l’espace public. Ceci explique que le caractère sexuel d’un acte d’exhibition soit apprécié du point de vue des spectateurs et spectatrices de la scène, et non du point de vue de l’auteur(e) de l’acte.


C’est ce qu’a rappelé la Cour de cassation dans sa décision du 26 février 2020 au sujet de l’action de Iana Zhdanova, réfugiée politique ukrainienne et militante du mouvement “Femen” qui avait montré au Musée Grévin sa poitrine dénudée sur laquelle était inscrit “Kill Putin”. Si l’intéressée a finalement été relaxée au nom de la liberté d’expression, les juges ont pris soin de préciser que ceci n’ôtait rien au fait que le comportement de l’activiste relevait de l’exhibition sexuelle, et ce même si cette femme niait associer toute connotation sexuelle à son acte.


Cependant, en déposant plainte à l’encontre de l’actrice pour sa prestation aux César, ces députés et sénateurs ont démontré à quel point leur regard de spectateurs est biaisé. Difficile de croire qu’ils auraient agi de la même façon face à un corps de femme “jeune, riche et beau” –selon leurs propres canons– qui leur aurait été montré pour vendre de la lingerie, choisir la gagnante d’un concours de beauté ou interpréter la jeune et tragique Ophélie. En revanche, il leur est apparemment insoutenable de se trouver face à ce corps mûr d’une femme cinquantenaire, couverte de sang, affublé de tampons hygiéniques en guise de boucles d’oreilles, qui n’est pas là pour exhiber sa sexualité mais pour faire passer un message politique.


Bienvenu(e)s au pays enchanté du male gaze. Choqué par la nudité d’un corps de femme plus que par celle d’un corps d’homme, d’un corps vieux plus que d’un corps jeune, d’un corps gros plus que d’un corps mince, d’un corps noir plus que d’un corps blanc, d’un corps handicapé plus que d’un corps valide, d’un corps riche plus que d’un corps pauvre. Le regard du spectateur contemporain est encore imprégné d’une conception inégalitaire des corps: un jugement sexiste, âgiste, grossophobe, raciste, classiste. C’est cela qui transpire tristement de cette (com)plainte réactionnaire.


Voilà pourquoi le classement sans suite quasi-immédiat par le Parquet de Paris de la plainte déposée à l’encontre de Corinne Masiero est une avancée. Cette décision, comme avant elle la relaxe de la militante Femen, marque l’avènement d’un traitement judiciaire totalement nouveau de ces affaires tant au stade du jugement qu’à celui des poursuites.


Pourquoi le ministère public s’est-il incliné si vite cette fois-ci alors qu’il avait été jusqu’en cassation dans l’affaire du Musée Grévin? Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, l’explique lui-même: engager des poursuites, c’était s’exposer in fine à une décision de relaxe motivée par la liberté d’expression. Ce droit fondamental est proclamé non seulement dans la Déclaration des droits de l’homme et du Citoyen qui lui donne une valeur constitutionnelle, mais également par l’article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme.


Or, comme l’a souligné la Cour européenne des droits de l’homme dans sa décision Handyside (1976), la liberté d’expression vaut non seulement pour les idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent. En outre, le contexte du débat public d’intérêt général autorise une certaine dose d’exagération, voire de provocation (CEDH, Mamère c. France, 7 novembre 2006).


Le système judiciaire pénal n’a pas vocation à arbitrer les querelles politiques ni à se faire l’écho de récriminations dictées par une conception poussiéreuse de la nudité féminine.


La prestation de Corinne Masiero, aussi offensante fût-elle pour le bon goût aux yeux de ces messieurs-dames les parlementaires –nous, on la trouve épatante–, ne fait pas d’elle une délinquante mais une militante. Le système judiciaire pénal n’a pas vocation à arbitrer les querelles politiques, et encore moins à se faire l’écho de récriminations dictées par une conception poussiéreuse de la nudité féminine.


Il ne s’agit pas ici de dire que l’incrimination de l’exhibition sexuelle n’a plus lieu d’être. Au contraire, elle a son utilité dans une société de la toute-transparence où il devient difficile de ménager une part d’intime. Mais le refus net du Parquet d’entrer dans le débat met un coup d’arrêt salvateur à l’instrumentalisation politique du délit d’exhibition au service d’une pensée dominante qui rabaisse le corps des femmes à celui d’objet sexuel.


Le Code pénal n’est pas un guide de bonnes manières. Les autorités, en refusant de poursuivre, en prennent acte. Notre système judiciaire ne doit plus être un outil de censure face à ces femmes qui décident d’utiliser leur corps dans un geste de protestation politique: leur nudité fait leur force et non leur honte.


Source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/nud … h50zXFT5dw


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication
 


adh3.jpg

Hors ligne

#18 05-04-2021 21:58:00

JB_dinosaure
Membre

Re : La 46e cérémonie des César : Corinne Masiero nue

"Ceci explique que le caractère sexuel d’un acte d’exhibition soit apprécié du point de vue des spectateurs et spectatrices de la scène, et non du point de vue de l’auteur(e) de l’acte."

On a donc un article de loi qui punit un acte uniquement parce qu'il contrevient à la sensibilité subjective des spectateurs, mais néanmoins "Le Code pénal n’est pas un guide de bonnes manières"....  !!!

Fatras !

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.11