ACCUEIL | ACTUALITÉ | ASSOCIATION | FORUMS | LIENS

Forum de l’APNEL

Les forums pour échanger sur le naturisme en liberté

Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 10-02-2010 23:16:41

jfreeman
Administrateur

L'APNEL vue du côté espagnol

L'APNEL vue du côté espagnol
Il s'agit probablement de la reprise du fameux article de Libération...

____________________________________________________________________

Desnudos y bronceados     
Enlace al artículo origina (francés):
¿Cansado de los centros nudistas?
cada vez más fans del nudismo pasean en traje de Adan y Eva
por senderos señalizados y un periodista les ha acompañado en estas caminatas.

Marilyn tiene unas grandes nalgas. Ella sufrió la primera vez que fue a una playa nudista con 17 años pero estaba equivocada, en seguida se dio cuenta que no existen cuerpos perfectos y que nadie se fijaba en ella. Hoy tiene 22 años y pasea con otros cinco hombres por los prados y bosques de L'Essone. El sol brilla pero no quema. Marilyn sonrió, está un poco cansada, pide un descanso y se sienta evitando pincharse. Esto no es una caminata, es algo muy distinto, una "randonue". ¿Estás cansado de estar encerrado en centros nudistas? Cada vez más nudistas empiezan a pasear desnudos en lugares públicos. Internet les ha permitido unirse, en L'Essone, en los Pirineos, en las cercanías de Marsella, en Bélgica o donde se convoque.

Han quedado en el parking de Auvers-Saint-Georges, cerca de París, comenzamos a caminar y en muy poco tiempo nadie tiene ya nada puesto por arriba... ni por abajo, tan sólo la mochila, las botas, un sombrero y nada más.

Marilyn ofrece amablemente su spray antimosquitos y la crema solar "la desnudez es una de nuestras libertades" afirma Grégoire, lider del grupo. Victor, treinteañero, es más discreto, trabaja en una empresa de informática y ha descubierto el nudismo en unas vacaciones en Montalivet "adoro la sensación del viento y el sol sobre toda la piel, es lo más natural"

¿Que pasa si se cruzan con un textil? en general se ponen un pareo y las chicas se cruzan los brazos en el pecho. Aparece una pareja y Gregory saluda con un "hola, nuestra excursión no les molesta, ¿verdad?" la pareja sonríe y continua su camino.

Sin embargo aun les recorre un escalofrío, las leyes en Francia son duras, el código penal que aprobó en su día el conservador Chirac, concretamente el artículo 222.32 iguala el nudismo a la exhibición sexual. Los casos son raros pero se dan (véase el caso de Irwin al cual se le acusó de abusos sexuales contra su hijo por ir a la playa desnudo). Bernard G. nudista desde hace muchísimos años ha pasado recientemente un tiempo en comisaría por haber sido sorprendido desnudo en medio de la naturaleza.

"No hay nada sexual en nuestros paseos, hay quienes vienen con sus niños". El resto del día es bucólico. Pasemos por los prados y llegamos a "Rocher Billard" un gran bloque de granito que Gregory subió desnudo un día. Los novatos esperan más alla. Hacemos un picnick en la hierba. Victor comienza a leer, otros sestean. De pronto se levanta un viento frío, Marilyn siente un escalofrío y saca su camiseta de su mochila pero el senderismo nudista "obliga" y cuando se ponen a andar se la quita.

El senderismo nudista nació así, del deseo de un par de nudistas y se ha propagado de oreja a oreja por internet. Los centros naturistas ven como su clientela se les escapa y comienzan a organizar senderismo nudista pero esto provoca grandes debates. ¿Hace falta pasear con textiles? ¿como convencer a los indecisos a emprender la aventura?. Algunos son proseletistas otros incluso fundamentalistas, hay quien lo hace con el desconocimiento de sus parejas.

En L'Essone se ha constituido APNEL (Asociación para la Promoción del Nudismo en Libertad) que tiene como principal objetivo suprimir el dichoso artículo 222.32 del código penal francés y ayudar económicamente a las victimas de este discriminatorio artículado. A la cabeza de esta asociación está una mujer, una rareza ya que son ellas las que son más reticentes a esta actividad.

Para Sylvie Fasol el senderismo nudista fue todo un renacimiento, con 22 meses fue hospitalizada con una poliartritis juvenil, su estado era considerado catastrófico. Su infancia fue una larga sucesión de hospitalizaciones, se le tuvo que operar tres veces de cada cadera "yo daba miedo a los chichos y mostrar mi cuerpo desnudo me hubiera parecido imposible".

Un hombre, sin embargo, la convenció y hace seis años de aquello, cuando tenía 17 años y medio" "El jamás me criticó, el me protegió y me dio fuerzas" por eso se casaron. Ella quedó embarazada de gemelos, pero un embarazo ectópico hizo que los perdiese, al poco, en el 2005, el marido murió de cancer y después su padrastro. "Estaba totalmente bloqueada, me sentía muy mal" intentó de todo para luchar contra el dolor: sofrología, acupuntura, terapia física... la depresión acechaba.

"Rehusaba tomar medicamentos" pero le ayudaron a salir del agujero. Años más tarde Gilles Menager es naturista pero se considera "nudien" juego de palabras que unen el sentimiento de libertad del nudista y del indígena. Desde niño le gusta vivir en desnudez, lo considera un derecho fundamental y una fuente de equilibrio. Así que convención a Sylvie para que la acompañase en una excursión nudista. Aquello fue una revelación. La joven encontró un grupo de amigos, un nuevo compañero y está aprendiendo a reconciliarse con su cuerpo.

Desde enero de 2008 es la presidenta de la asociación. El año pasado, seis de sus miembros hicieron una travesía por los Pirineos que duró una semana de completa desnudez. Este año quieren ir a la Guadeloupe. "Sueño con una sociedad de total tolerancia" dice Sylvie, donde cada cual pueda ir como quiera, sin miradas y sin reproches.

Source : http://ene-naturismo.org/noticias-gener … l?start=88

Si vous êtes courageux et doué en espagnol, n'hésitez pas à nous faciliter la compréhension de ce texte.


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication


adh3.jpg

Hors ligne

#2 03-04-2010 13:27:36

bsaurez
Membre

Re : L'APNEL vue du côté espagnol

Jacques, je pourrais proposer la traduction de ce texte à mon amie Espagnol qui avait fait le flyer en espagnol.
N'hésites pas à me le rappeler pour que je lui en parle.

A propos que devient le projet du flyer en espagnol ?

A+
Bruno


Bruno des Calanques


adh3.jpg

Hors ligne

#3 03-04-2010 17:05:43

Jacques Gana
Administrateur

Re : L'APNEL vue du côté espagnol

Oui, c'est la traduction exacte de l'article d'Hubert Prolongeau. Pas celui que tu pointes, Jacques, mais celui d'Ulysse : http://www.ulyssemag.com/article/2009/0 … ut-bronzes
Inutile de le retraduire, donc.

Pour le flyer en espagnol, pas de nouvelles. J'ai déjà à mettre en forme celui en anglais, depuis un certain temps (traduit par Doug Ball)...

Hors ligne

#4 03-04-2010 19:57:52

jfreeman
Administrateur

Re : L'APNEL vue du côté espagnol

Merci à Jacques Gana pour ces précisions wink

Voici donc cet article du magasine Ulysse en date du 1er avril 2009

logoulysse.png

Marilyn a de grosses fesses. Elle en souffre, ou plutôt elle en a souffert. "La première fois que je me suis mise nue sur une plage, j'ai eu du mal, avoue-t-elle. J'avais seize ans, beaucoup de complexes. Puis je me suis aperçue que très peu de gens avaient des corps de rêve, et surtout que personne ne regardait le mien." Aujourd'hui, elle a 22 ans. Et elle assume. Nous marchons depuis deux heures à six, cinq hommes et elle, dans les prés et les bois de l'Essonne. Le soleil brille sans être écrasant. Marilyn sourit, un peu fatiguée, et pose son sac. "On s'arrête ?" Elle s'assoit, en évitant ce qui pique. Car tout le monde est nu. Complètement. Ce n'est pas tout à fait une randonnée : c'est une "Randonue". Lassés de devoir s'enfermer dans des camps, certains naturistes ont commencé à se promener nus dans des lieux publics. Internet leur a permis de se regrouper. Dans l'Essonne, dans les Pyrénées, dans les calanques de Marseille, en Belgique, ils sont quelques dizaines, de plus en plus nombreux, à pratiquer ces promenades d'un autre type.

Rendez vous a été pris au parking d'Auvers-Saint-Georges, près de Paris. Nous franchissons les dernières habitations, pénétrons sous les arbres et là, hop !, tout le monde enlève le haut... et le bas. Chacun, sac au dos, chaussures de marche aux pieds, casquette sur la tête, rien d'autre ailleurs, est prêt. Aimable, Marilyn propose du spray anti-moustique et de la crème solaire. "La nudité est une des dernières formes de liberté", s'enflamme Grégoire, leader du groupe. Victor, la trentaine, est plus discret. Il travaille dans une boîte d'informatique et a découvert le nudisme en vacances, à Montalivet. "J'adore la sensation du vent et du soleil sur la peau. C'est naturel." Quid des passants "textiles" ? Généralement, les "randonueurs", désireux de ne pas choquer, ont avec eux des vêtements rapidement enfilables : un paréo pour les filles, qui croisent les bras sur leurs seins, des shorts bricolés avec une bande Velcro sur le côte pour les garçons. En voici justement, qui surgissent d'un sous-bois. Tout le monde est pris de court. "Bonjour, lance Grégoire. Notre petite tenue ne vous gêne pas ?" Le couple sourit, l'air de s'en moquer, et passe son chemin.

Il n'empêche : un frisson est passé. Car, aussi mineur soit-il, le risque légal existe encore : l'article 222-32 du code pénal assimile la nudité publique à l'exhibition sexuelle. Les plaintes sont rares, mais possibles : Bernard G., pratiquant de longue date, a récemment passé quelque temps au commissariat pour avoir été surpris en "tenue de peau" dans la nature. "Il n'y a pourtant rien de sexuel dans nos randonues. Ceux qui ont des enfants viennent avec." Le reste de la journée sera bucolique. Nous flânerons le long des prés, passerons au "rocher billard", un superbe bloc de granit que Grégoire aimerait escalader nu un de ces jours. Le novice s'écorchera à une branche qui dépasse. Nous pique-niquerons au bord d'un champ. Victor commence à lire. Les autres s'assoupissent. Un vent frais se lève soudain. Marilyn frissonne, sort un sweat-shirt de son sac. Mais, randonue oblige, elle ne mettra rien d'autre...

La randonue naît ainsi, du désir d'un amateur ou deux, se propage par bouche à oreille et par Internet. Les centres naturistes, qui voient une clientèle leur échapper, encouragent peu l'activité, qui suscite dans le milieu de nombreux débats. Faut-il ou non "randonuer" avec les textiles ? Comment convaincre des épouses récalcitrantes de tenter l'aventure ? Certains sont prosélytes, d'autres intégristes. Il en est qui y vont en cachette de leurs femmes. Dans l'Essonne s'est créée une association, l'APNEL (Association pour la promotion du naturisme en liberté), dont le but est d'abolir l'article 222-32 et qui aide financièrement ceux qui en sont victimes. À sa tête une femme, fait rare dans le milieu, dont une des plaintes les plus récurrentes est la difficulté à amener ces dames à la pratique de l'activité. Pour Sylvie Fasol, la randonue a été une renaissance. À 22 mois, elle est hospitalisée : on parle de polyarthrite juvénile. Son état est jugé catastrophique. Son en­fance sera une suite de longs séjours hospitaliers. On l'opère des hanches, trois fois, trois grosses interventions de chaque côté. "Je faisais un peu peur aux garçons. À l'époque, montrer mon corps nu et abîmé m'aurait paru impossible. Le monde m'effrayait." Un homme, pourtant, la séduit. Il a six ans de plus qu'elle, qui en a 17 et demi. "Il ne m'a jamais posé de questions. Il m'a protégée et donné sa force." Ils se marient. Elle tombe enceinte.

Ce sont des jumeaux. Mais une grossesse extra-utérine lui fait perdre les enfants. Puis son époux est victime d'un cancer : il meurt en 2005, bientôt suivi de son beau-père. Le corps réagit. "Je me suis verrouillée de partout. À nouveau, j'ai eu très mal." Elle essaie tout pour combattre la douleur : thérapie naturelle, sophrologie, acupuncture... La dépression la guette. "Je refusais de prendre des médicaments." Son pharmacien va l'aider à sortir du trou. Depuis des années, Gilles Menager est naturiste. Plus : "nudien", contraction aux accents libérateurs des mots "nudiste" et "indien". Depuis tout petit, il aime vivre nu, y voit un droit fondamental et une source d'équilibre. Il convainc Sylvie de l'accompagner en "randonne". C'est presque une révélation. La jeune femme y trouve une bande de copains, un nouveau compagnon, et apprend à se réconcilier avec son corps. Depuis janvier 2008, elle a pris la tête de l'association.

L'APNEL voit loin. L'an dernier, six de ses membres ont traversé les Pyrénées pendant une semaine en totale nudité. Cette année, ils ambitionnent d'attaquer la Guadeloupe. "Je rêve d'une société de tolérance totale, dit Sylvie, où chacun irait comme il veut, sans regards et sans gêne."


Jacques FREEMAN du 91 (Essonne)
Vice Président, chargé de la communication


adh3.jpg

Hors ligne

#5 06-08-2010 08:04:40

Re : L'APNEL vue du côté espagnol

bonjour,
je vais apprendre l'espagnol car si la loi ne change pas en France, je vais changer de nationalite et m'etablir en Espagne pour accueillir tous les membres de l'Apnel !
c'est a peine une plaisanterie, mais dans ce pays on se sent plus libre !
connaissez vous des endroits naturistes pres  Benibeca Beach sur l'ile de Minorque - Baleares - ou je serai fin aout pour une dizaine de jours ? une autre annee on souhaite partir en groupe c'est beaucoup plus sympa !
amities naturistes,
Gerard


Gérard du 85 (Vendée)
La Paix du corps, c'est la Santé ; la Paix du coeur, c'est l'Amour ; la Paix de l'esprit, c'est la Sagesse

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB 1.5.11